Carte du site

Le Sentier poétique

C'est trois kilomètres de paysage magnifique, de sculptures
de pierre et de poésie exposées en plein air.

Le Sentier poétique offre aux visiteurs un parcours à travers un boisé où les mots sont à l'honneur. Le parcours comprend 11 sites poétiques aménagés. Les différents sites poétiques, présentent sur des supports de qualité muséologique, la biographie des différents poètes québécois choisis et quelques œuvres de ceux-ci. Vous pourrez également admirer de magnifiques sculptures de l'artiste Roger Nadeau qui a accepté le mandat d’intégrer ses créations dans les sites poétiques.

* À noter que le sentier n'est pas aménagé pour les poussettes, il est donc qu'il est préférable de porter les jeunes enfants dans un porte-bébé ou un sac à dos.

 


_________________________________

2014 - TÉMOIGNAGE
Témoignage inspirant d'un visiteur
sur le Sentier Poétique de Saint-Venant
« Besoin d’un " road trip " pour
ma dernière journée de vacance...»

Lire le témoignage
_________________________________

Tarifs


Les 11 sites dédiés aux poètes du Québec

Agrandir la carte du sentier

 


L’idée du Sentier poétique est née de l’idée de l’artiste Richard Séguin...

Richard Séguin voyait s’inscrire dans le paysage du village de Saint-Venant-de-Paquette le rayonnement du poème au vent. Des résidants de la municipalité se sont joints à lui. Puis, René Deschênes et Guy Laliberté, professeurs en horticulture à l’Institut de technologie agro-alimentaire de Saint-Hyacinthe, et leurs élèves se sont associés à cette démarche. Depuis, plusieurs autres bénévoles des Cantons-de-l’Est et d’ailleurs, amoureux de la nature et de la poésie, ont uni leurs efforts pour développer un concept unique au Québec : Le Sentier poétique. Ainsi se côtoient dans un esprit de collaboration amicale des horticulteurs, des artistes en arts visuels, des agriculteurs, des sculpteurs, des producteurs forestiers, des architectes, des poètes, des professeurs de poésie.

L’implication bénévole a été le coeur et le poumon de cette réalisation.

Le Sentier poétique offre à la population locale et aux visiteurs de la région et d’ailleurs un lieu de silence afin d’offrir la lecture des plus belles poésies des Cantons-de-l’Est et du Québec. Il est le résultat d’une nouvelle conscience qui lie la protection et la valorisation de la nature avec la poésie et d’autres formes d’expression artistique. Le Sentier poétique comporte à développer plusieurs sites dédiés aux poètes du Québec.

Des aires d’aménagement thématiques présentent différentes variétés du milieu forestier et horticole de la région, associant les arbres, les arbustes et les fleurs aux sculptures et aux poèmes. Dans ce contexte, le poème trop souvent ignoré du public pourra prendre vie et devenir accessible à plusieurs.

C’est dans un esprit de fête que l’invitation fut faite aux habitants de la communauté pour la réalisation d’un projet qui devait s’étaler sur 5 ans. C’est dans ces mots que Richard Séguin nous parle du sentier:

« Nous voilà donc 30 autour de la table de la salle communautaire du village, avec des rires, du bonheur, des outils et des rêves. On prépare la place pour accueillir les mots des poètes. L’un connaît le secret des jardins, l’autre le passé de la pierre, l’un sait planter des arbres, l’autre possède le don de déplacer la terre. Rencontre concrète des forces vives de la région, des bras, du cœur, la connaissance des plantes, les dessins sur le coin de la table, le travail des femmes, des hommes et des enfants. Défricher, planter, semer, marcher, imaginer. »
 

Les sculptures de Roger Nadeau

Les matériaux inertes utilisés pour construire les différents jardins d’accompagnement aux poètes sont ceux qui sont présents dans la région (le bois, la pierre, le métal agricole usé). Grâce à la participation exceptionnelle de Roger Nadeau, sculpteur, établi dans la région depuis quelques décennies, Roger Nadeau a accepté le mandat d’intégrer ses créations dans les sites poétiques.

Son choix de matériau s’est arrêté principalement sur la pierre. Ces pierres qui furent déplacés des champs par les agriculteurs depuis plus de cent ans, constituaient une ressource locale gratuite et abondante. Tous les gens du village ont été mis à contribution et nous avons constitué une réserve de pierres. Celle-ci a servi au sculpteur pour créer des familles de personnages qui donnent un fil conducteur contemporain à tout le sentier. Les pierres couchées au champ depuis toujours sont maintenant debout, élevés au rang d’œuvre d’art, une façon toute différente pour la communauté agricole et forestière de considérer ce matériau qui s’était toujours avéré un implacable ennemi à sortir des champs à tous les ans. Il faut voir la fierté des gens qui nous informent régulièrement de leur découverte d’une pierre qui pourrait devenir sculpture, banc de repos ou dalle pour le sentier. La chasse aux pierres est maintenant une activité reconnue au village !

Roger Nadeau a aussi poussé l’audace jusqu’à utiliser de la vielle tôle de toiture de grange pour réaliser la construction de deux majestueux gardiens du village qui sont maintenant ancrés au creux de la vallée et qui peuvent être admirés à partir de la terrasse café de la Maison de l’arbre.

 


Que pousse-t-il dans votre terre arable ? - Des légumes.
Et vous, dans votre terre de roches ? - Des légendes.

Félix Leclerc


 

Le sentier contient aussi des espaces plus traditionnels, comme celui adjacent à l’église qui s’inspire du Jardin de Curé, courant en Europe au 18 e et 19 e siècle et qui est devenu le site en lien poétique avec l’œuvre d’Alfred Desrochers.

On doit à Hercule Gaboury la rédaction des biographies des poètes du sentier des dix premiers sites.
 


« … Ouvre ton âme comme tes yeux à la beauté. »

Alfred Desrochers


 

À propos du sentier, Séguin nous confie les pensées suivantes :

« Que les mots habitent avec le paysage rural ou le paysage urbain, cette liberté de donner à lire la poésie dans les lieux publics, démontre à quel point les poèmes sont vivants, qu’ils ont une vie dans l’espace et le temps, et nous amènent une façon différente de voir le réel, de le penser autrement. Ce qui me fascine dit-il, c’est d’observer à quel point les noms des poètes deviennent familiers. Ils occupent une place dans le quotidien des gens du village. Lorsque l’on se donne rendez-vous au site Gaston Miron, Marie Uguay, ou Michel Garneau, ces noms ont un visage, des mots, leurs façons de dire la vie. Laisser les mots des poètes se frayer un chemin dans le plaisir des rencontres, des conversations, des impressions, il y a là quelque chose d’essentiel.»
 

Dans la nuit
La flamme d’une chandelle
Un livre Et voilà qu’au matin
Je marche avec les mots du poète
Je rêve d’un sentier
J’en parle à voix basse
Voilà que l’idée fait le tour du village
Comme l’eau du ruisseau

Richard Séguin